Es-tu plus souvent dans l’effort que dans le plaisir ?
Aimes-tu ce que tu fais de ta vie ?
Te sens-tu utile et reconnu à ta juste valeur ?
Sais-tu te ressourcer ?

De quoi as-tu besoin en priorité ?
Qu’est-ce qu’il te manque ?

Depuis le début de la pandémie, nous sommes plus que jamais, confrontés à l’imprévisible inconnu. Nos fragilités, qu’elles soient sociales, familiales, intimes ou personnelles, ressortent comme rarement elles nous sont apparues. Notre équilibre intérieur s’en trouve déstabilisé.

S’adapter et se réinventer sont devenus des objectifs très en vogue. Faire un travail sur soi, prendre soin de soi, saisir l’occasion pour transformer sa vie, réaliser ses rêves, très nombreuses sont les personnes qui ont décidé de faire le grand saut.

Les propositions de coaching n’ont jamais été aussi populaires et variées. Et là je suis gentille parce que j’aurais pu rajouter farfelues !

S’adapter et se réinventer, notre corps fait ça sans arrêt. Nos cellules se renouvellent plus ou moins rapidement, mais la plupart d’entre elles ont moins de 10 ans. Sous l’effet de stimulus hormonaux et mécaniques, nos os sont en constant remaniement.

De ce point de vue, il semble évident que de se faire l’allié du corps qui sait se renouveler est certainement une bonne stratégie. Mais comment faire ? Faire de son corps et de son mouvement un précieux allié au coeur de nos démarches de transitions, de transformation, ça s’apprend. Il y a trois grandes étapes pour faire d’une expérience corporelle une occasion de se connaitre et de réussir nos transitions en force.

Dans son livre « Dharma et créativité », le moine tibétain Chögyam Trungpa nous invite à franchir 3 étapes de perceptions.
Tout d’abord, le sentiment d’être quelque part qui nous vient du sens du corps, ou autrement appelé, la proprioception.
Ensuite, vient le sentiment d’être quelqu’un, être présent au monde, exister dans ce monde, le sentiment même de soi.
Et finalement celui d’en faire quelque chose, participer, enrichir et contribuer au monde.

Dans le monde de la sensation, on pourrait traduire ces étapes par :

  • Libérer le sens du corps : une intelligence qui a son sens propre, qu’on appelle aussi la proprioception. Un langage propre au corps vivant qui mérite d’être écouté, entendu, reconnu et intégré. Je suis quelque part.
  • Harmoniser le sens de soi et le sens du corps : un niveau d’écoute et d’ouverture où la conscience du corps donne accès au “sentiment d’exister”, le sentiment même de soi. Je ne suis plus seulement un être vivant dans un lieu mais je suis ce lieu. Je suis cette nature dans laquelle j’existe.
  • La résonance du sens est le moment où la sensation dans le corps, la direction de la pensée et la signification qu’elle prend, s’emboitent et nous révèlent un sens nouveau. “Un déclic” qui ouvre le regard dans une direction inattendue et permet de changer de perspective, de renouveler nos choix, d’orienter nos actions et de contribuer à la mesure de notre singularité et de nos dons. Je contribue au devenir de cette nature dont je fais partie.
    Parce que notre corps peut nous guider avec justesse dans nos quêtes de sens et de renouvellement, je te propose un accompagnement psychocorporel-sensoriel adapté à tes besoins et à tes objectifs.

Réserve ton appel découverte !

France